Comment faire son Potager Asiatique

La belle saison est enfin là et plusieurs d’entre nous vont démarrer un petit ou un grand potager.  Et les chaleurs de l’été sont également propices aux recettes fraîches et savoureuses de l’Asie du sud-est.  Les cuisines thaïe, laotienne et vietnamienne sont très friandes d’herbes aromatiques qui apportent fraîcheurs et saveurs idéales pour les journées ensoleillées.  Vous pourriez essayer dès cet été de faire pousser ces herbes qui croîteront très facilement sous le soleil d’été.  Vous aurez ainsi une réserve inépuisable de ces compagnons culinaires en plus de vous éviter une visite à l’épicerie asiatique lorsqu’une envie soudaine de parfums de l’Indochine vous surprend.  Pour les plus entreprenants, qui sont déjà experts dans la culture des tomates, courgettes et poivrons, pourquoi ne pas ajouter quelques nouveaux légumes comme l’aubergine chinoise qui peut donner un excellent rendement ou bien des choux chinois comme le bok choy qui peut très bien s’acclimater dans un jardin plus ombragé.  D’autant plus que la majorité des ces végétaux sont maintenant assez facile à trouver dans les pépinières ou même dans les marchés publics en ce début de saison.  Bref, que ce soit quelques pots sur votre balcon ou à même la terre dans votre cour, tout le monde peut réussir la culture des fines herbes et avec un peu d’amour, vous pourrez également faire une belle récolte de légumes.

 

Évidemment, les consignes de base sont les mêmes pour tout type de culture, il vous faudra donc un investissement minimal pour débuter, mais les saisons suivantes seront moins dispendieuses puisque vous pourrez réutiliser vos bacs et outils et vous n’aurez pas à racheter de la terre, seulement un peu d’engrais pour enrichir la terre pour la nouvelle récolte.  Voici quelques trucs pour démarrer, mais pour en apprendre davantage sur le jardinage, n’hésitez pas à consulter les livres sur le sujet ou joignez-vous à un groupe de jardiniers amateurs sur les réseaux sociaux.

 

Emplacement

La plupart des fines herbes et légumes vont préférer un endroit bien ensoleillé bénéficiant de 6h minimum de soleil direct par jour.  Toutefois, les laitues, les choux et la menthe peuvent croître dans un espace plus frais avec un peu d’ombre.  Pour une bonne récolte, offrez un emplacement de choix à vos pousses et ils vous le rendront bien.  Si vous désirez faire votre jardin directement dans la terre, assurez-vous que la terre n’est pas contaminée (ce qui est arrive plus souvent qu’on ne le croit, surtout en milieu urbain), sinon vous pouvez construire un bac au-dessus du sol, recouvrir le sol d’une membrane géotextile et remplir le bac de terre à potager.

 

Terreau

Si vous optez pour la culture en bacs ou en pots, vous devez utiliser de la terre à potager et non de la « terre noire » dans laquelle se trouve très peu de matières organiques dont se nourriront vos légumes.  Vous pouvez vous approvisionner en sacs dans un centre de jardin ou une quincaillerie, mais pour de plus grandes quantités, il est rentable de faire affaire avec une pépinière qui vous fera une livraison en camion de terre en vrac.  Pour la culture en terre, tout dépend du type de sol que vous avez, mais il est très probable que vous ayez à amender la terre (c’est-à-dire l’enrichir) en ajoutant du fumier, de la mousse de tourbe et du compost.  Pour diminuer la croissance des mauvaises herbes, il est toujours mieux de recouvrir le sol de paillis, mais éviter le paillis de cèdre qui acidifie le sol et affaiblit les micro-organismes essentiels à un potager en santé.

 

Contenants

 

La plupart des légumes vont avoir besoin d’au moins 12 pouces de profondeur pour bien pousser, mais plusieurs herbes peuvent se contenter de 6 pouces pour offrir un rendement satisfaisant.  Donc, pour les aubergines (comme pour les tomates) utiliser des pots de minimum 12 pouces par 12 pouces, mais plus serait mieux.  Les piments pourraient se satisfaire d’un peu plus petit, tout comme les laitues.  Mais évidemment, plus il y a de place pour croître, plus votre récolte sera abondante.  Assurez-vous toujours que le fond de votre contenant est troué pour permettre le drainage de l’eau en surplus.

 

Engrais

Si vous achetez de la terre à potager, vous n’aurez probablement pas à mettre d’engrais car la terre est déjà très riche.  Toutefois, si vous utilisez la même terre depuis quelques années, un amendement pourrait grandement aider votre culture. En début de saison, j’aime bien mettre un mélange d’engrais de fumier de vache et de mouton que je mélange à la terre, puis j’ajoute du fumier de poulet « actisol ».  Par après, je plante mes pousses et je dépose une couche de compost maison sur le dessus.  Par la suite, je rajoute normalement un peu de fumier de poulet et de compost lorsque les fruits apparaissent.  Pour les fines herbes, j’ajoute un peu d’engrais d’algues marines en surface à chaque mois.

 

Semence ou pousses

À savoir s’il vaut mieux partir de semences ou de pousses d’une pépinière, tout dépend de vos attentes, de votre expertise et du temps que vous pouvez consacrer à votre potager.  Les semences sont beaucoup plus économiques, mais demandent plus d’investissement et surtout d’espace, car lorsque la graine sort de terre, il faut lui donner de la lumière.  Un bord de fenêtre fait parfaitement l’affaire, mais peut rapidement devenir encombré.  Un système avec de l’éclairage artificiel peut aussi fonctionner, mais il demande de l’espace et de l’électricité.  Les pousses achetées en serre peuvent donc se révéler une bonne option, surtout pour les débutants.  D’autant plus que certaines semences ne sont pas faciles à démarrer, c’est le cas notamment pour la menthe, le basilic sacré ou la citronnelle.  Toutefois, les laitues, la moutarde ou les choux chinois peuvent être semés directement en terre.  Il vaut mieux aussi cultiver la coriandre à partir de semence, car notre beau plant acheté au marché montera en graines dans quelques semaines.  D’avoir quelques semences sous la main permet de renouveler la récolte régulièrement.

Lorsque vous jardinez pour la première fois, l’idée est de ne pas voir trop grand, vous allez faire des erreurs, mais vous allez aussi avoir des réussites qui ne rendra vos aliments que plus savoureux.  Les herbes ont besoin généralement de peu de soin, donc c’est toujours un bon départ.  Et pour les légumes, n’essayez pas de remplir chaque pouces carrés de votre jardin car il deviendra un casse-tête de gestion.  Il est mieux de bien s’occuper de quelques plants que de s’arracher les cheveux à tenter d’entretenir des plants qui se font de l’ombre ou qui poussent en s’entrecroisant, ce qui peut augmenter les risques de maladie ou de parasites.  Mais au bout du compte, il faut seulement se lancer, même ceux qui croient qu’ils n’ont pas le pouce vert peuvent réussir à faire pousser de beaux plants en santé.

 

Voici quelques herbes et légumes utilisées en cuisine asiatique avec quelques trucs pour leur culture :

 

Menthe

La menthe peut véritablement devenir une mauvaise herbe, il vaut donc mieux la planter à part ou dans un endroit où son envahissement serait bénéfique.  Elle préfère une terre aérée dans un endroit frais.  Peut bien pousser en pot, mais demande un pot assez grand, sinon elle a tendance à s’étouffer.  En terre, c’est une vivace qui reviendra chaque année.

 

Coriandre

La coriandre pousse très bien dans des bacs en bordure de balcon.  Elle préfère un endroit plus frais, sinon elle monte en graines très rapidement et ne donnera plus de feuilles.  Mais faites vous à l’idée qu’en 3 semaines, malgré toutes vos attentions, elle montera en graines quand même.  Il vaut donc mieux partir de semence.  Espacez vos semis pour laisser une place vide entre chaque plant.  Puis, 7 à 10 jours plus tard, plantez une semence dans l’espace vide.  Récoltez les plants matures lorsque les feuilles apparaissent et plantez une nouvelle semence.  Alternez ainsi pour avoir une récolte tout l’été.  Sachez que chaque semence de coriandre contient deux graines, vous aurez donc deux pousses au même endroit.  Vous pouvez arracher le plant le moins vigoureux après quelques jours.

 

Coriandre dentelée

Cette coriandre est très utilisée en Asie du sud-est, mais elle est originaire du Mexique.  Vous la trouverez donc plutôt sous l’appellation coriandre mexicaine ou culantro.  Son goût est très près de celui de la coriandre « classique », mais elle l’avantage de ne pas monter en graines.  Il faut par contre arracher ses fleurs pour stimuler la croissance des feuilles.  Les fleurs poussent au bout d’une tige et sont légèrement épineuses, coupez la tige à sa base.  La coriandre mexicaine pourra survivre toute la saison, vous pourrez même éventuellement la séparer en plusieurs plants.  La nôtre a même survécu à tout l’hiver à l’intérieur.

 

Basilic Thaï, Basilic citron

Ces deux basilics ont des notes semblables, donc à moins d’être vraiment passionnés (comme nous), vous pouvez n’optez que pour un des deux.  Le basilic aime la chaleur et le soleil et poussera mieux dans un plus grand espace.  Le basilic peut devenir vraiment très grand, donc il vaut mieux le récolter régulièrement, même si on a pas besoin.  En pot, choisissez un pot d’au moins 5 gallons.  Pour l’entretenir, vous devez arracher les fleurs qui se forment au bout des tiges dès qu’elles apparaissent, sinon il arrêtera de produire des feuilles et deviendra plus amers.

 

Basilic sacré

Le basilic sacré est plus difficile à trouver, mais l’épicerie cambodgienne Heng Heng Chan Chaya dans le quartier chinois en offre en début de saison.  Le basilic sacré est l’ingrédient essentiel au plat thaï Poulet au piment et basilic.  Peu goûteux cru, il dévoile ses arômes à la cuisson.  Comme pour les autres basilic, il préfère le soleil et beaucoup d’espace pour ses racines.

 

Mélisse

La mélisse rappelle un peu la menthe tant dans son apparence que dans sa culture.  Très utilisée dans les plats vietnamiens, elle apporte fraîcheur et acidité.  Comme la menthe, elle aime bien un endroit plus ombragé et pousse bien en pleine terre.  Il est possible de la faire pousser en pot, mais la récolte sera moins abondante.

 

Perilla (Shiso)

Perilla est le nom de la famille des plantes dont fait partie le Shiso, très utilisé au Japon.  Les Vietnamiens aussi apprécie les parfums et l’amertume délicate de cette herbe.  Très semblable au basilic, il faut retirer les fleurs pour encourager la croissance et une récolte régulière favorise son épanouissement.  Plus résistante que le basilic, la perilla préfère le soleil ou la mi-ombre et un espace assez grand.  Toutefois, nous avons réussi à avoir un beau plant, dans un pot de 6 pouces de profondeur.  Sa couleur pourpre vive en fait une candidate de choix pour un arrangement en plate-bande.

 

Citronnelle

La citronnelle est évidemment centrale à toute la cuisine du sud-est asiatique.  Si vous décidez de vous lancer dans sa culture, ne vous attendez pas à une récolte incroyable qui vous permettra de cuisiner des caris et des grillades vietnamiennes à chaque jour.  La citronnelle prendra quelques années pour offrir de véritables récoltes et puisqu’elle ne résiste pas au gel, il faut la rentrer pour l’hiver.  Il est donc conseillé de la cultiver en pot d’au moins 12 pouces de large.  Il vous faudra toutefois un endroit lumineux à l’intérieur pour la conserver pour l’hiver.  Toutefois, vous pouvez utiliser son feuillage pour aromatiser des infusions, des soupes ou des boissons fraîches.  De plus, la citronnelle développe un beau feuillage qui s’agence bien à une plate bande.  Facile d’entretien, elle a besoin d’un arrosage abondant et régulier, la terre devrait toujours être humide.

 

Ciboulette chinoise (à l’ail)

La ciboulette chinoise, souvent appellée ciboulette à l’ail, est très facile à cultiver.  Toutefois, son rendement sera faible lors de la première année, mais étant une vivace, elle reviendra plus vaillante chaque année.  Il vaut donc la peine de la planter directement en terre, ce qui, par extension, rend sa culture en pot plus difficile.  Si ses feuilles deviennent coriaces, on coupe le tout à 5 cm du sol et on laisse les pousses plus tendres repousser.  Comme la ciboulette, on la cultive au soleil, dans un terreau bien drainé.  C’est un ingrédient essentiel du phat thaï.

 

Aneth

Le même aneth que l’on trouve dans nos cornichons est très utilisé dans la cuisine laotienne.  On l’ajoute aux soupes, aux salades et aux mijotés.  Sa culture est très facile, dans un endroit ensoleillé, dans un sol bien drainé, en terre ou en pot.  On récolte les tiges avec les feuilles à l’air de poils.  On peut aussi consommer les feuilles ou laisser les graines matures retomber au sol pour laisser d’autres pousses éclore.

 

Notes générales sur la récolte des herbes:  La plupart des herbes vont pousser sur une tige centrale sur laquelle deux feuilles pousseront à intervalles réguliers.  Lors de la récolte, il faut couper juste au-dessus de la jonction entre les deux feuilles et la tige.  Dans l’interstice entre les feuilles et la tige, de nouvelles tiges pousseront et assureront le développement du plant.  Si on récolte les feuilles seulement, on appauvrit grandement le plant et on stoppe sa croissance.  C’est pourquoi, on peut faire cette opération de coupe dès que 8 à 12 feuilles sont présentes pour maximiser la croissance du plant, et ensuite on récolte en coupant les têtes du plant.

Piments

Les piments forts sont très faciles à cultiver et offrent généralement une belle récolte.  Il y a évidemment de nombreux cultivars existants, donc, planter les variétés que vous préférez.  Pour la cuisine asiatique, les piments chilis ou cayenne sont une bonne option, à moins de trouver de typique piments thaïs ou piments oiseaux.  Les piments jalapenos, même si moins authentiques, offrent une belle alternative, en plus d’être un peu moins forts pour les palais sensibles.  En terre, il vaut mieux les planter dans un espacement de 6 pouces.  Idéalement, les feuilles doivent se toucher à maturité pour favoriser le florissement.  Grand amateur de soleil, les piments doivent être dans l’endroit le plus ensoleillé de votre cour pour maximiser le rendement.  En pot, utiliser au minimum des pots de 7 gallons pour une bonne récolte.  Ils pourront pousser aussi dans des pots plus petits, mais les fruits seront plus rares.  En fin de saison, les plants pourraient avoir besoin de support pour supporter le poids de leurs fruits.

 

Aubergine chinoise

Les aubergines chinoises offrent un excellent rendement, donc assurez-vous de connaître plusieurs recette d’aubergine avant de vous lancer pour ne pas faire la même recette à chaque fois.  Pour maximiser la récolte, assurez-vous de planter deux plants d’aubergines minimum.  Espacez les plants de 2 pieds pour éviter qu’ils ne se nuisent mutuellement.  Il vaut mieux également installer un tuteur, car le poids des fruits pourraient faire plier le plant.  Retirez les feuilles flétries au fur et à mesure pour favoriser la croissance des fruits.  Doit absolument être planté en plein soleil (6-8h de soleil minimum).

 

Laitues et moutarde

Les laitues sont faciles à cultiver et peuvent être semées directement en terre.  Il est donc possible de partir une deuxième récolte à la mi-juillet lorsque nos premiers plants montent en graines.  Elles peuvent pousser au soleil ou à la mi-ombre, mais évitez de la planter au gros soleil de midi car elle montera rapidement en graines.  Vous pouvez multiplier les cultivars et les couleurs pour augmenter le plaisir gustatif et visuel.  À ajouter sans retenue aux plats vietnamiens et laotiens, surtout les salades de vermicelles.

 

Bok choy, pak choy ou autres choy

Comme tous les choux, les choux chinois poussent très bien dans les conditions plus fraîches et sont assez faciles à cultiver.  Demandant peu d’entretien, ils peuvent entre ensemencés directement au jardin dès le mois d’avril, puis au mois de juillet pour une récolte en automne.  Vous pouvez récolter des feuilles au fur et à mesure de vos besoins ou couper le plants en entiers.  Si vous voulez des petits bok choy comme ceux qu’on trouve souvent à l’épicerie, il faut le récolter entier lorsque sa taille vous satisfait, mais votre rendement sera évidemment affecté par cette coupe hâtive.

Concombre

Les concombres peuvent donner une excellente récolte, surtout la variété « libanaise ».  Il faut installer un grillage pour permettre au plant de grimper et l’installer à un endroit bien chaud pour favoriser sa croissance.  Lors de la mise en terre, il vaut mieux faire une petit butte de terre, car les racines du concombre n’aime pas être détrempées.  Mettre un peu de fumier au fond du trou de transplantation aidera aussi à produire un plant vigoureux.

 

Oignons verts

Les oignons verts poussent très bien en pot ou au potager.  Ils ne prennent pas trop d’espace, on peut donc les planter en bordure du potager.  Il vaut mieux toutefois les planter au soleil.  De plus, on peut ne récolter que les tiges vertes pour ajouter en finition de certains plats, puisque ces tiges repousseront.  Vous pouvez même partir d’oignons verts achetés à l’épicerie.  Vous n’avez qu’à couper la partie verte et conserver la partie blanche (avec les racines) que vous mettrez dans l’eau de 24 à 48 heures, puis vous les transplantez en terre.  Si vous avez besoin d’un oignon entier, vous le déterrez et c’est tout.  C’est pourquoi il peut valoir la peine de faire une rotation en faisant germer des semences en pot et en les repiquant pour remplacer les oignons qui ont été cuisinés.