Bun Nem Nuong (Vermicelle et Boulettes)

Coincé entre les montagnes et l'océan, le Vietnam offre une cuisine où le contraste est souvent à la base de l'harmonie.  Contraste entre le frais et le piquant, le chaud et le froid, le croquant et le soyeux, le sucré et le salé, l'aigre et l'amer, la cuisine vietnamienne est à la fois simple et raffinée.  Sans les pâtes de cari thaïs ou les sauces fermentées chinoises, sans les épices indiennes ou le savoir faire japonais, les Vietnamiens se sont tout de même forgé une identité culinaire propre.  En misant tout d'abord sur la fraîcheur, la cuisine vietnamienne présente des plats où tous les ingrédients sont mis en valeur.  Chaque ingrédient apporte une touche particulière qui une fois réunis en bouche s'accordent dans une grande richesse de saveur.  Les herbes fraîches règnent sur les plats vietnamiens.  Que ce soit les feuilles de basilic thaï ajoutées à une pho fumante, une feuille de bétel farcie de viande épicée, un rouleau de printemps décorée d'une feuille de menthe ou une fantastique salade de nouilles vivement égayée par une chiffonnade de fines herbes, presque tous les plats vietnamiens sont parsemés de ces petits brins verts.    

 

Le riz trône au centre de la table que ce soit sous forme de nouilles, de feuilles, de crêpes, on le retrouve même grillé dans les saucisses ou ajouté sous forme de farine au pain pour le rendre plus croustillant.  Héritage des années de colonisation française, le Vietnam a su gardé le meilleur de la France, c'est-à-dire  sa cuisine.   Les Français en poste au Vietnam ont importé divers éléments de leur terre natale, notamment, le pain, le café et les pâtisseries.  Et encore aujourd'hui, les Vietnamiens apprécient une bonne baguette en début de journée, qu'ils mangent souvent sous forme de sandwich, le fameux Banh mi.  Les cafés se multiplient dans les villes où les Vietnamiens se regroupent autour d'une tasse de café local qui n'a que très peu à envier des plantations de Colombie.  Et les Vietnamiens ont développé une dent sucrée au contact des Français, si bien que le sucre entre dans la préparation de nombreux plats.

Ce pays de fermiers et de pêcheurs a appris depuis des siècles à vivre au gré des saisons, au rythme des rivières et des marées.  Se pourrait-il que cet apprentissage ancestrale leur ai permis de rester droits et fiers face aux multiples bouleversements qui ont secoué cette nation depuis des décennies, en s'adaptant et en s'appropriant les influences étrangères?

Banh Mi Ga Nuong
Do Chua
Pho Ga (Tonkinoise au poulet)
Rouleaux de printemps
RouleauxImpériaux.jpg
MelonAmer.jpg
Bun Rieu.jpg
Lok Lak
Canh Cu Den.jpg
BoKho.jpg
Baozi_Moon.jpg